L’HISTOIRE DU MOULIN

L’histoire du Moulin remonte au XVIIe siècle. L’aqueduc romain qui traversait le site conduisait les eaux de la Camandre au moulin. L’eau entraînait la grande roue à aube (que l’on peut distinguer derrière la fenêtre à l’entrée du restaurant) puis était ensuite évacuée par un canal sous la terrasse jusqu’à la Camandre.

A l’origine, cet ancien moulin faisait partie de Fayence sous la protection d’un Monsignor, qui résidait dans le village, puisqu’il était établi autour de Notre Dame de Cyprès. A l’arrivée des conquérants arabes au XVIe siècle, les habitants se réfugièrent sur la colline où ils construisirent le village que l’on voit aujourd’hui. Mais il est évident qu’il était impossible de déplacer un moulin…

En 1832, il fut reconstruit plus ou moins dans sa structure actuelle. La date est gravée sur une des grandes pierres à l’entrée du restaurant. Ces pierres, de même taille, étaient importées de Toscane et utilisées dans tous les moulins, de Menton jusqu’à Sète.

Fin 1954, le Moulin fut acheté par la famille Coste, qui le remit en route. Monsieur Coste fut le dernier meunier. En effet, le grand gel de 1957 provoqua sur tous les oliviers de Provence des dégâts irréversibles, supprimant pendant de longues années tout espoir de récolte. Il continua à exploiter les terres de la Camandoule en produisant des melons, des pommes et des cerises. Ces fruits frais étaient très prisés par les locaux.

La famille Coste vendit le Moulin en 1964. Depuis cette date, la partie « moulin » est brièvement tombée en désuétude. La propriété fut rachetée en 1968 par un couple belge qui le rénova et le transforma en hôtel restaurant.

L’établissement fut racheté par Shirley Rilla en 1986, qui passa ensuite le flambeau à Nicolas Torremocha et Stéphane Sauner, deux amis d’enfance et anciens employés qui le cédèrent à leur tour à Monsieur Vallance en août 2021.

Toutes les meules et les presses, toutes les machineries d’origine sont toujours à leur place. Le moulin pourrait tourner de nouveau dans les dix jours, grâce à la roue qui fut rénovée en 2015.